L’âme de la grenouille

Jusqu’ici, je me suis tu.

Je fais partie de cette catégorie humaine convaincue que les gestes médicaux qu’elle accepte et assume sont le résultat d’un choix intime et d’une réflexion libre des ordres, des obligations, des injonctions. Les raisons et impératifs de santé publique existent et je les considère, mais ils ne seront pour moi qu’un élément de la réflexion nécessaire. En fin de compte, la décision que je prends m’appartient intimement. Comme celui de ma voisine, du boulanger, du vendeur de glaces au citron, de la postière ou de la prof de mes enfants. Le choix du vaccin ou du non-vaccin n’échappe pas à la règle de cette liberté fondamentale. 

Et lorsque j’ai choisi, j’évite de juger celles et ceux qui, pour mille raisons, bonnes ou moins bonnes, sont contraires à ma perception. 

Jusqu’ici, je me suis tu. 

Non parce que je manque du courage de clarifier mon choix, d’expliquer le cheminement qui m’a conduit à décider ainsi, de poser une conviction. Mais parce que le faire aujourd’hui consiste à ajouter du bruit au bruit. 

Si nous pouvions encore échanger avec sérénité, cette sérénité qui devrait présider à tout débat capital, prendre le temps d’entendre les arguments, surtout ceux qui s’opposent à nous, suivre le fil scientifique, lire les faits et les chiffres sans passion, écouter le récit des journalistes qui tentent de dire et d’éclairer le réel. 

Or, plus rien de cela n’existe. La parole de l’autre est toujours suspecte.

Je ne dirai donc pas « j’ai choisi de me faire vacciner parce que… ». Cette simple amorce me fait déjà fait passer, aux yeux de la moitié du monde, pour un mouton, un vendu, un OGM, un zombie, un conformiste ou un suppôt des pharma… 

À contrario, un ami non-vacciné dont l’horizon se limite à l’infamie, au soupçon de complotisme, celui par qui le mal arrive, m’avoue sa fatigue à être considéré comme le pestiféré du moment.

Quelque soit l’intérêt prétendument supérieur qui sert de justification à cette proposition, elle n’en est pas moins indigne.

Jusqu’ici, je me suis tu. 

Aujourd’hui, je réagis à cette proposition imbécile de récompenser le prosélytisme vaccinal. Un bon de 50 balles pour toute personne qui sera parvenue à convaincre un réfractaire ou une sceptique du vaccin. Je note qu’il s’agit encore d’une idée posée sur la table d’une conférence de presse du CF, mais je suis resté sans voix. 

Depuis vendredi, on se gausse au fond de la salle. Les rigolards donnent leur compte en banque, ouvrent les tiroirs-caisses, passez la monnaie…

Je m’inquiète. 

Comme si une décision intime pouvait se vendre tel un contrat décroché, avec la promesse d’une commission après signature, à chaque client tombé dans l’escarcelle. Une prime de cinquante balle aux fidèles, aux membres du club, aux élus, à échanger contre des tickets de cinoche, des entrées au musée ou des bons de fidélité citoyenne. Pourquoi pas du papier Q?

Ce qui m’inquiète, ce n’est pas le montant, au demeurant ridicule, de la récompense promise, c’est la manière de faire basculer ce qui devrait rester du domaine du choix responsable dans la sphère de l’incitation marchande. Quelque soit l’intérêt prétendument supérieur qui sert de justification à cette proposition, elle n’en est pas moins indigne.

Je n’ai jamais vécu les guerres de religion. Mais ce qui se trame aujourd’hui, ce qu’induisent nos choix politiques et sociétaux, pourrait y ressembler. Un monde polarisé, une vision manichéenne de la réalité et des autres, les autres forcément dans le camp des méchants, moi forcément dans celui des bons, des justes. Un monde où l’on se barricade dans sa tête avant de verrouiller portes et fenêtres, où l’on construit des murs – plus haut, le mur, plus haut – pour se protéger du virus de l’altérité.

La suite, ce sera quoi?

Par exemple, le jour où l’on accordera publiquement un billet de cent balles pour dénoncer le voisin dissident, celle qui détone, les parasites désignés par la majorité, la délation instituée comme règle du jeu. J’exagère? Pas vraiment, je crois. Nous sommes en phase d’accoutumance au pire. Vous connaissez tous la métaphore de la grenouille plongée dans une bassine d’eau lentement portée à ébullition. Nous sommes la grenouille. Et l’indignité monte.