Posted on

L’#éléphant sur Instagram

Que la désinence "Polar" ne figure pas et soit supplantée par le terme "Roman" n'est en rien une supercherie de l'éditeur: l'intrigue du livre est portée par le style, les scènes poétiques et les analepses et prolepses, bien plus que par le suspens. Même si la narration débute par une séance violente et crue, même si le lecteur comme l'inspecteur part à la recherche de ce qui s'est passé dans cette cellule, le style très maîtrisé et fouillé, la psychologie des personnages et la poésie qui se détache de certaines scènes et discussions sont les réelles qualités du livre. Un beau roman qui brosse à la fois la vie d'un homme qui essaie de se détacher de tout et celle d'un inspecteur qui fouille le passé et les failles de ceux qui l'entourent. #Livre #LittératureSuisse #LePasDeLElephant #Crevoisier

Une publication partagée par Quentin Perissinotto (@qperissinotto) le

Posted on

La lecture d’Amnesty

Le #retourdelecture de Julie Jeannet dans le magazine de juin d’Amnesty (merci à elle). On retiendra qu’on ne prendra par l’#éléphant pour se dorer la pilule sur les plages de l’été. C’est vrai que, comme « lecture détente », il y a mieux. Mais si vous aimez la mer qui gronde et les falaises de Bretagne, c’est fait pour.

Posted on

Le pas de l’éléphant

Le pas de l'éléphant
La couverture du prochain roman, « Le pas de l’éléphant », qui sortira chez Slatkine début 2017.

Sur la 4ème de couv:

« […] je me souviendrai peut-être de cet instant comme l’un de ces fils minuscules, une fragilité suspendue à une toile
d’araignée, un grand écart entre deux pans de vie, la jambe droite allongée pour gagner une rive alors que la gauche ne
parvient pas à quitter l’autre, un millimètre qui nous sépare de l’ici et de l’ailleurs, une fraction de temps dans l’angle
mort du monde. »

Un corps carbonisé dans un vieux phare du cap Fréhel. Une course à la mort dans un bidonville sud-africain. Une femme
dans une prison française en Algérie. La rencontre de Julien Moreau avec un chauffeur de taxi russe lisant Onéguine.
Quel est le lien entre ces trajectoires qui se frottent et se croisent en des lieux et des temps différents ?
Le commissaire Andràs Werther, va mener l’enquête, entre le feu et la mer. Une recherche au cours de laquelle le passé
sans mémoire et les vies que l’on préférerait oublier ressurgissent. Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire, à
entendre ? Le lecteur choisira.

Pierre Crevoisier est auteur et journaliste. Après Mes trous de mémoire et ses nouvelles tissées de poésie, Elle portait un manteau rouge et sa sombre violence, il nous emmène dans le noir d’une enquête policière, là où nous aimerions ne pas aller.